Bienvenue sur notre site

Retrouvez tous les articles édités en utilisant la case blanche de recherche par mot, en haut et à droite de la page d'accueil (abréviations à éviter ) et n'hésitez pas à nous contacter  !

Dans le menu "Actions/Actus" : nos actions locales et les articles d'actualité nucléaire.

Ci-dessous nos dernières actualités importantes

 

Anomalie générique sur 52 réacteurs : défaut de robustesse au séisme de vannes

Les bâtiments réacteurs sans ventilation et sans surveillance atmosphérique en cas de séisme

Cette non-conformité de serrage étant susceptible d’engendrer une détériorationde la structure du métal, la manœuvrabilité de ces vannes depuis la salle de commande ne serait potentiellement pas garantie en cas de séismed’intensité SMHV (séisme maximal historiquement vraisemblable)

 
 

Belleville, Cattenom, Golfech, Saint-Alban : Non-tenue aux séismes du circuit de refroidissement intermédiaire

"Le circuit RRI permet par exemple de refroidir les pompes qui font circuler l’eau refroidissant le circuit primaire. Il est utilisé en fonctionnement comme à l’arrêt, en situation normale mais aussi en cas d’accident. Ce circuit RRI est donc fondamental. Et pourtant, les joints placés à la jonction des pompes de ce circuits avec les tuyaux ne sont pas suffisamment épais ou pas assez serrés. En cas de tremblement de terre les jonctions auraient lâché."

Article du réseau du 11 février 2019

 

Chronique :  "Nucléaire, le dogme"

13 février 2019

Énergie nucléaire, énergie décarbonée donc propre ?

C’est ainsi que le lobby nucléaire fait sa publicité dans les médias. C’est un dogme au même titre que la virginité de Marie qui pose question. La faible émission de CO2 en production pure ne doit pas cacher la totalité des saloperies que relargue l’industrie nucléaire. Contentons-nous d’analyser le strict domaine du nucléaire civil.

De l’extraction du minerai uranifère jusqu’à la production d’électricité et la gestion des déchets, ce sont des quantités vertigineuses de dioxyde de carbone qui sont passées sous silence : engins d’extraction gigantesques fonctionnant au fuel, transformation et transports tous azimuts des matériaux nucléaires avant, pendant et après la production. Des milliards de tonnes de béton et d’acier destinés à la construction des centrales sont oubliés dans le décompte. Les milliers de mètres cube de vapeur d’eau dispersés dans l’atmosphère participent également au réchauffement climatique au même titre que le CO2.

La faible émission de CO2 déclarée de l’énergie nucléaire est l’arbre qui cache la forêt éternelle des déchets de cette industrie.

Des déchets promis à la transmutation depuis plus de cinquante ans attendent le magicien et sa baguette magique. Le recyclage du combustible usé ne concerne qu’à peine 2 % de la masse des déchets, le reste s’accumule ici ou là sans solution pérenne.

Les piscines d’entreposage débordent, les bouilleurs de la Hague destinés au traitement des assemblages de combustibles fuient de partout. On met sous un couvercle les réacteurs éventrés des deux dernières catastrophes pour une durée indéterminée. On tarde à démanteler les installations périmées parce qu’on ne sait pas faire. On investit des sommes extravagantes dans un sarcophage dont on n’est pas sûr qu’il tiendra un siècle. On n’a pas encore imaginé comment démanteler le réacteur explosé de Tchernobyl. On ne sait pas avec précision l’état du corium à Fukushima.

Pendant tout ce temps on poursuit la course en avant, en espérant un miracle.

En réalité tous ces ingénieurs ont construit des machines infernales capables du pire sans les procédures, les outils utiles à maîtriser une excursion de criticité (euphémisme pour désigner une catastrophe majeure).

Cette industrie d’une pureté virginale aux yeux des adeptes crache de bout en bout des saloperies radiotoxiques, c’est à dire toxiques chimiquement et radioactives physiquement pour des siècles et des siècles. Amen !

La messe est dite. Vous appelez ça une industrie propre ? Heureusement qu’il y a le CO2 comme le dogme de la Vierge pour la foi des fidèles.

 

Daniel Déprez le 11 février 2019

Texte libre de droits

 

 

 

D'après le Parisien, les Safer devraient "rendre leur copie" en mars sur la faisabilité des achats de terres autour des sites nucléaires

Pour y voir plus clair : une carte récapitulant les informations que nous avons pu recueillir à ce jour:

Mobilisation européenne pour l'abolition du traité EURATOM

Article et pétition à signer avant 1 mois

 

En secret, la France et l’Inde veulent construire la plus grande centrale nucléaire du monde !!

8 février 2019 / Réseau Sortir du nucléaire, DiaNuke.org et Jan Hakka Seva Samiti

Lire l'article

 

Lancement de la campagne d'information et de distribution d'iode dans un rayon de 10 à 20km autour des centrales françaises

  • Février 2019 : formation des pharmaciens d'officine à l'utilisation du logiciel de gestion des bases de données en vue du suivi des retraits, et élaboration des documents pédagogiques et courriers à l'intention des élus, des pharmaciens, des professionnels de santé et de la population.
  • mars-avril 2019 : pré-campagne d'information à l'intention des élus locaux, des pharmaciens d'officine et de certains professionnels de santé, et information initiale des populations sur leur localisation dans un secteur faisant l'objet d'un PPI (courrier, réunions publiques, campagne de presse, réseaux sociaux... ).
  • mai 2019 : période de réserve à prévoir en amont des élections européennes du 26 mai.
  • fin mai / début juin 2019: envoi au plus tôt après les élections des courriers comprenant les bons de retrait en pharmacie.
 
Et quelques dates plus précises intéressantes :
  •  8 février : information préalable des préfets
  • 12 février : courrier aux maires
  • 26 février : information des pharmaciens
  • 4 mars : actions de relations presse au niveau régional
  • 6 mars : envoi d'un courrier d'information extension PPI aux riverains
  • 25 mars au 21 avril : réunions locales à l'attention des maires d'une part, à l'attention des pro de santé d'autre part
  • 21 mai : envoi des courriers de retrait aux riverains
  • à partir du 26 mai : réunions publiques via les CLI

 

 

30 janvier - Déchets et combustibles usés : Greenpeace tire la sonnette d'alarme

Quelques jours après une action démontrant la vulnérabilité de l’usine de la Hague, un rapport d’experts indépendants commandé par Greenpeace France met en lumière la quantité colossale de déchets nucléaires produite dans le monde et l’absence totale de solution fiable et sûre pour les gérer. Shaun Burnie, chargé de campagne de Greenpeace Allemagne, coordinateur de cette publication, revient sur les principaux défis que pose le lourd héritage des déchets radioactifs.
 
Sécurité nucléaire : action sur la piscine du site Orano La Hague
 

29 janvier : « L’état des installations nucléaires est un vrai sujet de préoccupation » selon le président de l’Autorité de sûreté nucléaire

Nommé à la tête de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en novembre 2018, pour un mandat de six ans, Bernard Doroszczuk alerte sur le « vieillissement » du parc français. Il appelle les industriels à « renforcer l’anticipation » et demande aux acteurs de la filière de se « mobiliser » pour le maintien des compétences garantissant la sûreté des installations.
La suite est réservée aux abonnés sur :

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/29/l-etat-des-installations-est-un-vrai-sujet-de-preoccupation-selon-le-president-de-l-autorite-de-surete-nucleaire_5416128_3244.html

 
et sur :

https://www.leparisien.fr/economie/nucleaire-un-serieux-doute-sur-la-capacite-de-la-filiere-a-realiser-de-gros-travaux-29-01-2019-7999857.php

25 janvier : ACHAT DE TERRES PAR EDF ET PPE

Il ne vous a pas échappé que le gouvernement a acté, par la Programmation Pluri-annuelle de l’Energie  qui a été rendue publique le 25 janvier… l’enfermement dans la filière nucléaire et sa poursuite : quasiment pas de fermeture donc très peu de démantèlement, poursuite de la filière donc besoin de stockage de déchets et matières radioactifs, création d’un « nouveau nucléaire »…

Pour en savoir plus : https://www.sortirdunucleaire.org/Programmation-Pluriannuelle-de-l-Energie-des

Parallèlement, EDF cherche à acheter des terres…

Les groupes militants autour des  sites dont nous savons qu’ils sont concernés (Belleville, Bugey, Cattenom, Chinon, Dampierre, St Laurent…) ont lancé une pétition le 9 décembre.

Elle a recueilli  environ 4700 signatures à ce jour… ce n’est pas suffisant pour peser

Alors, signez-là (si ce n’est pas déjà fait) et faites-la circuler !!!

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stopalachatdeterresparedf-2691.html

 

Par ailleurs, l’info commence à circuler et des organisations liées au devenir des terres agricoles relaient l’information…

C’est le cas de Terres de Liens :

https://terredeliens.org/titre-actu-2019-01-11-09-59-01?utm_source=Informations+de+

et de la Confédération paysanne, qui a écrit à F. De Rugy au niveau nationale… et qui a organisé une mobilisation autour de Chinon, (via La Conf Indre et Loire)

voir le reportage sur FR3 Centre-Val de Loire https://youtu.be/q8WQzFZDM1w

 

 

16 janvier 2019 : Départ de l'ATOMIK-TOUR

Le tour de France des anti-nucléaires : https://atomik-tour.org/

Première étape Bure – Lunéville - 19/20 France 3 Lorraine

“LA FRANCE NUCLÉAIRE : vous y tenez ? Pourquoi ?”

Ce véritable tour de France des anti-nucléaires va parcourir l’Hexagone, en 50 étapes, pendant 8 mois, du 16 janvier au 15 août.

Le but des participants de cette caravane est d’informer la population sur les risques engendrés par le nucléaire, afin d’en sortir.

C’est un échange avec le public, tout en allant à la rencontre de celles et ceux qui, au jour le jour, luttent contre le nucléaire et les GPII.

En savoir plus

Il passera autour de Belleville les 18, 19 et 20 juin 2019 pour la 38e étape

 

Nos inquiétudes par rapport aux acquisitions de terres par EDF et tentatives pour en savoir plus  !

 
 
 

 

SDN BGP  demande l'annulation de la consultation publique du projet PPI


Lire le Courrier adressé à la Présidente du Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sûreté Nucléaire

par notre groupe SORTIR DU NUCLEAIRE BERRY-GIENNOIS-PUISAYE

Lettre adressée par mail, aux préfectures des 4 départements, aux mairies concernées, et au Président de la CLI de Belleville-sur-Loire

 

 

 

Notre colère concernant la consultation du nouveau PPI Belleville sur Loire

Lettre à la préfecture du 6 décembre, sans  réponse à ce jour ...

Notre association déplore le fait que la consultation du dossier de ce nouveau PPI ne soit pas accessible au plus grand nombre ; pour l'avoir consulté, nous savons que ce n'est pas une lecture facile, lecture qui demande donc du temps pour sa compréhension. C'est pourquoi nous vous demandons d'autoriser les mairies concernées à le transmettre par internet aux personnes demandeuses ; nous vous demandons également de nous le transmettre à cette adresse pour ainsi élargir cette consultation à nos adhérents et sympathisants. Toutes et tous n’habitent pas forcément dans ce nouveau périmètre de 20 km, mais chacun-e n'ignore plus que les retombées radioactives d'accident nucléaire ne s'arrêtent ni aux frontières ni au cercle défini par les autorités compétentes.

Cela dit, nous ne remettons pas en cause l'établissement d'un périmètre de protection, nous remettons en cause le fait que ce PPI risque de passer pratiquement inaperçu et qu'à la prochaine distribution d'iode, les gens ne se sentent malheureusement pas concernés.

Dans l'attente de votre réponse,

Pour SDN BGP, Françoise POUZET, la présidente

L'article avec d'autres citoyens en colère !

Nos questions et remarques concernant le projet de PPI, ici.

 

Programmation pluri-annuelle de l'énergie(PPE ) et fermeture annoncée de 14 réacteurs avant 2035

 Reportage France 3 Centre : le 19/20 du 28/11/2018

Le journaliste Pierre Bouchenot présente et commente  les décisions prises par E.Macron.

Interview d'une militante de notre association à Dampierre-en-Burly (centrale concernée par les futurs démantelements)

en replay :

Voir le 19/20 du 28 novembre 2018, à partir de 4 minutes 30

 

Programmation pluriannuelle de l'énergie : Emmanuel Macron veut maintenir la France dans l'impasse nucléaire !

Communiqué - 27 novembre 2018 - Réseau Sortir du nucléaire

Emmanuel Macron vient d’exposer les grandes orientations de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie. Présentés comme ambitieux et pragmatique, ses projets constituent en réalité une nouvelle reculade, qui font fi du risque nucléaire comme des réalités économiques. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce la proposition de prolonger de nombreux réacteurs au-delà de leur durée de fonctionnement initialement prévue. Il dénonce également l’appel à des projets de « nouveau nucléaire » d’EDF SA, qui prolongeraient pour de nombreuses décennies l’impasse nucléaire française.

Après un discours recyclant de nombreux clichés sur les bienfaits supposés du nucléaire (présenté comme garant de l’indépendance énergétique, « décarboné » [1] et « à bas coût ») et appelant à développer massivement l’électrification, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture de 14 réacteurs d’ici à 2035. Cette annonce ne l’engage pas beaucoup, toutes ces fermetures (à part celle de Fessenheim) étant repoussées après son quinquennat. Loin d’être ambitieuse, sa déclaration acte 10 ans de retard sur les objectifs de la loi votée en 2015. Pire, en maintenant l’horizon d’un « nouveau nucléaire », elle va à l’encontre de toute transition énergétique digne de ce nom.

François de Rugy appelait à une « opération vérité » ? Rappelons que cette PPE signifierait la prolongation de 20 réacteurs jusqu’à 50 ans et plus [2]. Pourtant, certains composants essentiels à la sécurité ne sont pas conçus pour fonctionner plus d’une quarantaine d’années et 1775 anomalies ont déjà été recensées sur le parc nucléaire. Alors qu’EDF SA, actuellement, n’est même pas en mesure d’assurer une maintenance correcte de ses installations, un tel projet signifierait un accroissement inacceptable des risques. Il nécessiterait soit des investissements colossaux pour des travaux lourds et inédits avec un résultat incertain, soit une sûreté bradée.

Contrairement à ce que prétend Emmanuel Macron, le nucléaire est bien un verrou à une véritable transition énergétique. La France ne pourra pas « en même temps » développer les énergies renouvelables, maintenir en fonctionnement des centrales à bout de souffle et se lancer dans un « nouveau nucléaire », dont il est illusoire de croire qu’il sera peu coûteux [3]. S’entêter dans cette voie, c’est faire peser sur les Français un risque démesuré et une facture écrasante. Pourtant, ceux-ci y sont majoritairement opposés et l’ont exprimé à de nombreuses reprises [4] ; où est la démocratie ? Loin du « nouveau modèle axé sur les territoires, venant de la base » mentionné par Emmanuel Macron, il s’agit de donner des gages à EDF SA, dont un des objectifs majeurs est d’augmenter fortement ses exportations et ses ventes de réacteurs à l’étranger.

Ce n’est pas une transition que nous propose le gouvernement, mais une stagnation dans l’impasse nucléaire. Sans attendre 2021, c’est dès maintenant qu’il faut abandonner les projets de « nouveau nucléaire » - à commencer par l’EPR de Flamanville - et engager rapidement la fermeture de nombreux réacteurs.

Contact presse : Philippe Lambersens - 06 83 53 89 82

Notes

[1] Entre l’extraction de l’uranium, la fabrication du combustible et le retraitement des déchets,la filière nucléaire émet bel et bien des gaz à effet de serre. Par ailleurs, il est faux de prétendre que le nucléaire est une solution au dérèglement climatique, comme le sous-entend Emmanuel Macron.

[2] En 2035, 54 réacteurs auront atteint ou dépassé les 40 ans de fonctionnement, et 34 les 50 ans.

[3] Rappelons que chaque génération de réacteurs a coûté plus cher que la précédente. L’EPR a vu ses coûts initiaux multipliés par 3. En revanche, les coûts des énergies renouvelables, eux, ne cessent de baisser.

[4] Lors du débat public sur la PPE, les citoyens tirés au sort se sont massivement prononcés contre la prolongation de nombreux réacteurs au-delà de 50 ans et la construction de nouveaux réacteurs

Chargée de communication : Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

 

 

Action de soutien du 10 nov. 2018 à Bourges : citation directe pour EDF Belleville

Poursuites contre EDF Belleville non condamnée pour toutes ses 46 infractions au codes de l'environnement, du travail, de la sûreté en 2017, par le Réseau Sortir Du Nucléaire

Regarder le journal 19/20 du 10/11/2018 sur FR3 Centre (à 5mn du début)

EDF est sommée D’AVOIR À COMPARAITRE par devant le Tribunal de police de Bourges le 8 janvier 2019 à 14 h 00

salle ordinaire de l’appel des causes, 8 rue des Arènes - 18000 Bourges

ce sera une "audience de consignation", l'affaire sera plaidée ultérieurement, probablement au printemps.

 

Lire La citation directe complète

 

Le résumé des contraventions commises :

  1. s’être abstenue de s’assurer dans des délais adaptés aux enjeux du traitement des écarts, en l’espèce ceux qu’elle avait relevés ayant donné lieu à déclaration de travaux concernant les alimentations électriques

  2. s'être abstenue de s’assurer dans des délais adaptés aux enjeux du traitement des écarts, en l’espèce ceux détectés par l’intervenant extérieur en charge de la maintenance « supplémentaire » des moyens de manutention dans le bâtiment réacteur

  3. s'être abstenue de procéder à un contrôle technique d’activités importantes pour la protection, en l’espèce celui des installations et équipements inspectés par les inspecteurs de l’Autorité de sûreté nucléaire

    - bâche 2 EAS 011 BA,
    - pompe 2 PTR 022 PO,
    - rétention de la bâche 2 EAS 012 BA,
    - pompe 2 EAS021 et 022 PO,
    - robinet 2 DVS 021 VL,
    - moteurs 2 RIS 032 PO et 2 EAS 052 PO,
    - pompes 1 ASG 021 PO et 1 ASG 022 PO et pompe d’échantillonnage 1 ASG 092 PO,
    - vannes 1ASG 159 VV et 1 ASG A60 VV et 1 EAS 526 VN,
    - alimentation électriques de deux des diesels de secours du site 1 LHP et 2 LHQ,
    - turbine à combustion constitutive du système LHT,
    - groupes électrogènes de secours LHP et LHQ et, enfin
    - canalisations du circuit d’eau glacée  - DEG de plusieurs locaux,

  1. ne pas s'être assurée de l’étanchéité d’éléments susceptibles d'être en contact avec des substances radioactives ou dangereuses, en l’espèce le circuit EAS (au niveau du raccord identifié 2 EAS 484 VR notamment selon la DT n° 335081) qui présentait des fuites significatives de soude,

  2. n’ayant pas maintenu des rétentions propres et dont le fond avait été désherbé, en s’étant abstenu de supprimer la végétation aux pieds de bâches SEK (système  de collecte et d’entreposage des effluents sur circuits secondaires) et KER (système de collecte et d’entreposage des effluents de l’ilot nucléaire.

NB : Le Réseau Sortir Du Nucléaire a un agrément au titre de la protection de l'environnement, cela ne lui donne donc aucun "droit à agir" en justice en matière de droit de la santé, droit du travail, etc.  Ce qui reduit le nombre de contraventions dans la citation directe.

 

Actions en justice du réseau Sortir du nucléaire

 

9 novembre 2018 : Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dépose une citation directe à l’encontre d’EDF Belleville

Message d’information envoyé aux médias par le Réseau “Sortir du nucléaire“

“Le 13 septembre 2017, l’Autorité de sûreté nucléaire avait placé la centrale nucléaire de Belleville sous surveillance renforcée et publié un copieux rapport d’inspection.

On y apprenait que de nombreux équipements importants pour la sûreté se trouvaient dans un état de délabrement avancé, leur usure étant aggravée par le manque d’entretien et des travaux relevant du rafistolage. Fuites d’huile, de fioul, fuites de vapeur potentiellement radioactive sur des vannes censées être étanches, tuyauteries corrodées gouttant dans des bassines, système d’alimentation électrique de secours si dégradés que leur bon fonctionnement était compromis… la liste était aussi longue qu’inquiétante ! Par ailleurs, en raison de problèmes organisationnels et d’un manque de rigueur, de nombreuses demandes de travaux semblaient se perdre dans la nature…

Face à cette situation inacceptable qui mettait en danger les riverains et les travailleurs, le Réseau “Sortir du nucléaire“ et l’association Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye ont déposé plainte contre EDF le 20 octobre 2017 pour 46 infractions à la règlementation nucléaire et environnementale.

Or le 19 mars 2018, de manière incompréhensible, le Parquet de Bourges a classé cette plainte sans suite… Ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’il procédait ainsi.

Il serait inacceptable qu’EDF, qui menace toute la région, puisse bénéficier d’une impunité ; et ce d’autant plus si l’entreprise envisage d’implanter sur ce site une nouvelle installation encore plus dangereuse, avec le projet de piscine de stockage de combustible usé !

C’est pourquoi, le 9 novembre, le Réseau “Sortir du nucléaire“ déposera une citation directe à l’encontre d’EDF afin que le tribunal se penche sur cette affaire. Nos associations ne baisseront pas les bras tant qu’EDF ne sera pas condamnée !“

Actions en justice du réseau Sortir du nucléaire

 

 

Galerie de photos des diverses actions

Objets: 1 - 8 Sur 28
1 | 2 | 3 | 4 >>