Contamination au tritium du réseau d'eaux pluviales

10/03/2019 22:53

Une activité de tritium de 19 Bq/L, supérieure au seuil de décision (environ 8 Bq/L), a en effet été détectée le 25 janvier 2019 lors d’un prélèvement hebdomadaire des collecteurs du réseau d’eau pluviale (réseau SEO).
Suite à cette détection, différents prélèvements ont été réalisés en plusieurs points de SEO pour déterminer l’origine de la contamination. L’un des prélèvements réalisé le 30 janvier 2019 a donné une valeur de 1700 Bq/L, un autre réalisé le 2 février 2019 une valeur de 2300 Bq/L. (Valeur inférieure aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé qui fixe une valeur limite de 10 000 Bq/L pour le tritium dans l’eau de boisson.)

Roland Desbordes, physicien de formation, ancien président de la Criirad, conteste ces chiffres : « EDF fait référence à une norme très ancienne sur le tritium. Cela relève du mensonge. La  réglementation européenne applicable en France depuis 2015 fixe le seuil légal à 100 Bq/l. Ce qui est encore trop. Le Canada, par exemple, préconise pas plus de 20 Bq/l. »

Les inspecteurs s’interrogent sur l’intégrité du réseau SEO et l’éventuelle présence de défauts. Si tel était le cas, cet événement a potentiellement pu entrainer une contamination des sols à proximité des tronçons du réseau SEO les plus proches de l’origine de la contamination.

Présence d’un sas hors d’usage sur un chantier.
Dans le cas où le chantier est toujours classé en zone à production potentielle de déchets nucléaires, cette situation n’est pas acceptable car la limitation de la dispersion des particules radioactives émises lors de travaux n’est pas assurée. Si le chantier n’est plus classé en zone à production potentielle de déchets nucléaires, cette situation n’est pas non plus acceptable car le sas doit alors être considéré comme un déchet radioactif et doit donc être évacué.

Lettre du 1er mars de l'ASN :
https://www.asn.fr/L-ASN/L-ASN-en-region/Centre-Val-de-Loire/Installations-nucleaires/Centrale-nucleaire-de-Belleville-sur-Loire/Lettres-de-suite-d-inspection

 

Voir la lettre du 23 mars 2019 SDN BGP (notre association) au directeur de la centrale : 6 questions posées dont celle du tritium